Les élections régionales en direct

Les élections régionales en direct

    Préoccupations économiques d'abord
    12:37 - Interrogés sur les enjeux qui "ont compté le plus" pour eux au moment de voter, les Français répondent en priorité "le développement économique et la création d'emplois", avec 54% de réponses, devant la sécurité (45%) et les impôts (40%), selon une enquête OpinionWay pour Le Point. Trois semaines après les attentats de Paris, l'immigration obtient 34% de réponses, la lutte contre le terrorisme 32%. Suivent des enjeux plus proches des compétences régionales, comme les transports (31%) ou la formation professionnelle et l'apprentissage (26%). 
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:43:13 AM

    © AFP/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
    Philippe Richert donne une conférence de presse à Metz

    L'emploi, 1ère préoccupation des jeunes
    12:40 - Chez les jeunes, l'emploi arrive en tête des préoccupations au moment de voter (47%), devant la sécurité (34%), l'immigration (32%), l'économie en général (24%) et l'environnement (24%), selon une enquête Harris Interactive pour "20 minutes" qui cible les 18-30 ans. Près d'un quart (24%) de cette tranche d'âge affirment que les attentats du 13 novembre ont influencé leur choix, soit plus que la moyenne nationale (15%).
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:51:01 AM
    Le FN en tête à Colombey-les-Deux-Eglises
    12:46 - Le Front National arrive en tête à Colombey-les-Deux-Eglises, ville symbole du gaullisme où est enterré le général de Gaulle. La liste de Florian Philippot obtient 42,7% des suffrages exprimés, devant les Républicains (39,1%), Debout la France (8,7%) et le PS (3,9%). Sur Twitter, le directeur de cabinet de Florian Philippot, Joffrey Bollée s'est félicité de ce "Beau symbole" et a appelé les "gaullistes" à se rassembler derrière la candidature du FN.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:51:02 AM
    Debout la France ne donne pas de consigne (Twitter)
    IDF: Debout la France (6,6%) refuse toute fusion, aucune consigne de vote pour 2e tour (Dupont-Aignan à l'AFP) — Guillaume Daudin (@GuillaumeDaudin) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:51:03 AM
    Juppé: débattre après le 2e tour
    12:45 - L'ancien Premier ministre Alain Juppé estime que Les Républicains devront ouvrir, après le deuxième tour des régionales, un "débat" sur la "ligne" du parti qui, selon lui, n'est "pas audible", notamment face au Front national."Au lendemain de l'élection, après le deuxième tour, il va falloir que nous ouvrions un débat sur la situation actuelle qui fait que - soyons lucides - nous ne sommes pas audibles", affirme le maire de Bordeaux, candidat à la primaire de la droite et du centre en vue de 2017. Il a défendu la ligne du "ni ni" fixée par Nicolas Sarkozy. "Nous avons fait campagne pendant des semaines et des semaines pour dénoncer la mauvaise gestion des équipes socialistes à la tête des régions, et pour dénoncer aussi la politique gouvernementale. Si nous ne voulons pas tomber sous le coup d'accusations de magouilles partisanes, on ne va pas changer d'avis du jour au lendemain". "Deuxièmement, nous ne sommes pas maîtres des voix de nos électeurs, et quelle que soit la position que nous prenions, nous risquerions d'avoir la double peine, c'est-à-dire le retrait et malgré tout le succès du Front national."
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:58:36 AM

    © AFP/Sophie RAMIS
    Résultats définitifs du 1er tour des régionales

    Paul demande un "nouvel agenda" à gauche
    12:56 - Le chef de file des députés frondeurs du PS Christian Paul appelle à "réunir la gauche" et à la définition d'"un nouvel agenda politique après les régionales" qui rende ce rassemblement possible. Le premier tour des régionales est "la démonstration grandeur nature que la seule stratégie possible, c'est de réunir les gauches", déclaré M. Paul à l'AFP. "Une partie des socialistes s'était aventurée vers une alternative stratégique au centre. Cette alternative stratégique n'existe plus depuis hier soir".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:58:39 AM
    "Compromissions"
    13:16 - Marine Le Pen fustige "les compromissions, les connivences" des partis traditionnels pour se maintenir au pouvoir "à tout prix". "On va assister pendant ce second tour à toute une série de signaux lancés par les candidats UMP à destination des socialistes, alors même que les socialistes, voici encore trois semaines-un mois n'avaient pas de mots assez durs à l'égard de ces UMP". "Cela veut dire que tout est bon pour se maintenir en place, toutes les compromissions, les connivences, pour surtout pouvoir conserver le pouvoir à tout prix. En fait, les masques tombent", lance Marine Le Pen lors d'une conférence de presse. "Les électeurs sont libres, n'en déplaisent aux appareils politiques".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:19:50 PM
    13:19 - Masseret (PS) persiste et maintient sa liste dans le Grand Est
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:19:51 PM
    "Subversion migratoire"
    13:20 - Marine Le Pen revient devant la presse à Lille sur le dossier des migrants pour critiquer ceux qui "essaient de faire croire aux électeurs (...) que la subversion migratoire (...) n'aurait aucun rapport avec la région". "L'ensemble des politiques régionales a évidemment vocation a être impacté par l'arrivée massive des migrants", insiste-t-elle. En revanche, concernant le terrain à Calais où s'entassent au moins 4.500 personnes dans un camp aux conditions très précaires et dont la région est propriétaire, la dirigeante d'extrême droite estime ne rien pouvoir faire. "Nous n'en avons pas la compétence et n'allons pas nous attribuer des compétences. C'est à l'Etat, encore une fois, de prendre ses responsabilités", affirme-t-elle. "Ce problème de Calais ne peut se régler qu'au niveau national, en fermant les frontières et en renvoyant les clandestins dans leur pays d'origine."
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:27:14 PM
    DLF: pas de consigne de vote
    13:21 - Debout la France ne donnera "aucune consigne de vote pour ce second tour", explique son président Nicolas Dupont-Aignan, ancien député UMP. L'absence de report des voix des électeurs de ce parti souverainiste pourrait nuire à Valérie Pécresse, arrivée en tête au premier tour en Ile-de-France. Le bureau national de DLF, réuni en fin de matinée, a pris la même décision dans l'autre région où il a dépassé la barre des 5%, la Bourgogne/Franche-Comté (5,17%). Sur l'ensemble de la France, Debout le France a enregistré un score de 3,81% en recueillant plus de 827.000 voix. "Debout la France, à l'occasion des élections régionales, est le 4e parti de France dans 13 départements", affirme Nicolas Dupont-Aignan, rappelant avoir présenté "des listes autonomes" selon "le principe d'indépendance fidèle à son slogan +ni système, ni extrêmes+". 

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:34:45 PM

    © AFP/Sophie RAMIS, Paul DEFOSSEUX
    Les résultats nationaux définitifs

    .@DominiqueReynie : "Si les électeurs le veulent, que le #FN gouverne les régions !" #E1Midi https://t.co/2MpTMzak0a — Europe 1 (@Europe1) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:45:01 PM
    "Gouvernement de salut public"
    13:34 - Le président de République moderne Jean-Pierre Chevènement appelle à la formation "dans les temps qui viennent" d'"un gouvernement de salut public", tout en appelant d'abord à "partout faire barrage au Front national". "Aucun des partis de gouvernement ne peut s'exonérer d'un examen de conscience approfondi", estime l'ancien ministre dans un communiqué. Jugeant "raisonnable" le choix du PS de retirer ses listes dans trois régions, il appelle à "voter au second tour pour les listes de gauche dans les régions où celle-ci peut encore l'emporter et à faire partout barrage au Front national".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:54:23 PM
    Reynié: "une erreur historique"
    13:36 - Dominique Reynié, invité sur Europe 1, juge que "le front républicain est une erreur historique". "Je ne suis pas du côté des appareils, je suis du côté des électeurs. Je l'ai toujours dit: ni fusion, ni retrait. Nous portons un projet", tweete le candidat de droite/centre en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées. "Ni ceux qui ont tout raté, ni ceux qui veulent tout casser", écrit-il dans un autre tweet. "Les électeurs ont la liberté de voter" (...) s'ils veulent que ce parti (le FN) gouverne dans leur région (...) c'est leur choix", déclare M. Reynié sur Europe 1. Il ajoute qu'il aimerait voir le parti d'extrême droite à l'épreuve du pouvoir et voir Marine Le Pen arriver "en loques" à la présidentielle, usée par l'exercice du pouvoir en région. 
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:54:23 PM

    © AFP/DOMINIQUE FAGET
    Alain Juppé parle à la presse après la réunion du bureau politique des Républicains

    Mélenchon: "être utile"
    13:42 - Le porte-voix du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon sort de son silence pour appeler à "être utile dimanche prochain" au second tour, assurant "partager" la "douleur" mais aussi la "colère" de ses électeurs. "Je partage la douleur et la stupeur de nombre d'entre vous, mais aussi la colère à l'égard de tous ceux qui nous ont entraînés dans cette impasse", déclare l'ancien candidat à la présidentielle sur son blog. Annonçant qu'il s'exprimera publiquement après-demain, il affirme avoir "le sentiment qu'une période totalement nouvelle s'ouvre". À présent, la question qui se pose est de savoir comment être utile dimanche prochain, en accord avec les principes auxquels nous croyons", observe M. Mélenchon.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:57:58 PM
    "Déculottée"
    13:52 - Jean-Marie Le Pen récuse toute allusion antisémite dans son tweet montrant une vidéo de Christian Estrosi dansant avec des juifs, qu'il a ensuite retirée. Il explique qu'il a "trouvé drôle" de montrer le candidat Républicain "rigolard", alors qu'"il venait de prendre une déculottée". "On a trouvé drôle de montrer M. Estrosi rigolard et dansant alors qu'il venait de prendre un coup de pied aux fesses", explique le fondateur du Front national, exclu du parti, sur Europe 1.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 12:58:31 PM
    Glavany: "le choc a eu lieu"
    13:42 - Le député PS Jean Glavany, pour lequel le "choc" de la montée du FN remonte à 2002 et a connu une série de répliques, juge sur son blog que "cette fois-ci, c'est très grave" et que "la menace" en vue de 2017 "n'est pas illusoire". L'élu des Hautes-Pyrénées épingle ceux qui parlent de "choc" après le premier tour. "Ils n'ont pas vu que le choc a eu lieu il y a bientôt 14 ans, le 21 avril 2002? Ils n'ont pas vu les répliques régulières de ce séisme? Ils ont oublié toutes les élections intervenues depuis et qui disaient toutes la même chose? Vont-ils comprendre, enfin, cette fois-ci, que c'est très sérieux, très grave, et que la menace, à moins de deux ans de l'élection présidentielle, n'est pas illusoire?", lance l'ancien ministre de Lionel Jospin. A l'adresse de ceux qui disent "+Marine Le Pen présidente, je n'y crois pas, les Français ne feront pas ça+", il a riposté: "Tu parles!"

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 1:10:17 PM
    Le PRG pour Richert
    14:07 - Le parti radical de gauche appelle à voter pour Philippe Richert, candidat LR en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, unique région où il n'était pas allié au PS, pour "faire barrage au Front national". Réuni en bureau national, le seul parti allié en 2012 encore présent au gouvernement devance ainsi une éventuelle fusion avec la liste conduite par Jean-Pierre Masseret (PS), arrivé 3e hier soir. Ce dernier refuse dans l'immédiat de se conformer à la consigne nationale de retrait pour ne pas favoriser une victoire de l'extrême droite. Le PRG s'est uni dans le Grand Est avec EELV, faute d'avoir pu trouver un accord avec M. Masseret, actuel président du conseil régional de Lorraine.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 1:11:21 PM
    CFDT: faire barrage au FN
    14:20 - La CFDT appelle à ce qu'"en aucun cas le Front national ne puisse accéder à la présidence d’une région dimanche prochain" au deuxième tour des régionales. "La montée du Front national constitue un risque majeur pour la démocratie", estime aussi la CFDT pour qui "les propositions de ce parti n’apportent aucune réponse aux problèmes économiques et sociaux de nos régions mais sont démagogiques, inefficaces et dangereuses". De son côté, Jean-Claude Mailly rappelle que FO ne donne "pas de consigne de vote" pour le second tour. Selon lui, "l'un des éléments essentiels" de la percée du FN, "c'est la situation économique et sociale".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 1:35:19 PM

    © AFP/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
    Jean-Pierre Masseret, tête de liste PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne donne une conférence de presse à Metz

    © AFP/MC, Julien Sengel
    Régionales: Masseret (PS) refuse de se retirer au second tour

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 1:43:19 PM
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 1:44:01 PM

    © AFP/S.Ramis/A.Bommenel
    Le vote du Front national

    L'ex-FN appelle à voter Estrosi (Twitter)
    Régionales Paca: Lydia Schénardi, ex-pilier du FN, appelle à voter Estrosi #AFP — Guillaume Daudin (@GuillaumeDaudin) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 2:35:10 PM
    Aquitaine: fusion PS-EELV
    15:42 - Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin: le socialiste Alain Rousset, arrivé en tête au premier tour (30,4%), et Françoise Coutant, tête de liste EELV (5,6%), annoncent la fusion de leurs listes. Cela renforce les chances d'Alain Rousset de conserver la région.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 2:45:54 PM

    © AFP/PHILIPPE HUGUEN
    Des migrants discutent aujourd'hui devant des affiches de Marine Le Pen à Calais

    De "la qualité du report à gauche"
    15:49 - "Il est difficile de savoir quelle sera la qualité du report à gauche et s'il y a une augmentation de la participation au deuxième tour, à qui elle profitera", remarque le député PS de l'Essonne Malek Boutih.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 2:50:46 PM
    15:53 - La liste PS dans le Grand Est sera déposée dès lundi en préfecture (entourage Masseret)
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 2:53:55 PM

    © AFP/Paul DEFOSSEUX, Sophie RAMIS
    Les résultats définitifs du 1er tour France entière

    Grand est: EELV pour une coalition démocrate
    15:57 - Dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (Grand Est), la tête de liste EELV Sandrine Bélier (6,7% des voix au 1er tour) continue à défendre, malgré les vents contraires, une "coalition régionale des partis démocrates" pour le second tour. "Le fait que Jean-Pierre Masseret se maintienne justifie d'autant plus la nécessité de s'engager vers cette solution inédite de construire une liste et une proposition qui respecte la diversité politique et de se donner les moyens de garantir la diversité politique et la démocratie au sein du conseil régional", a-t-elle expliqué à l'AFP. Ce matin, le candidat LR-UDI-MoDem Philippe Richert, arrivé 2e derrière le FN, a déclaré que "faire une fusion des listes, c'est juste impossible". Il a souligné qu'il n'était "matériellement pas possible de faire une fusion sur 10 départements".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 2:57:19 PM
    Grand Est: "victoire" du FN "dans tous les cas"
    15:59 - "Nous sommes dans une telle dynamique -à condition de faire une bonne campagne cette semaine, et on y travaille- qu'on peut envisager la victoire dans tous les cas, quelle que soit la configuration", commente Florian  Philippot, tête de liste Front national dans le Grand Est, arrivé largement en tête dimanche, avec 36% des voix. En décidant de se maintenir au second tour malgré les consignes de la direction nationale du PS, le candidat socialiste Jean-Pierre Masseret "a tenu ses engagements", car "il n'avait eu de cesse d'annoncer à ses électeurs qu'il les respecterait en étant présent au 2e tour", a observé M. Philippot.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:09:10 PM
    Bronca en Paca
    16:06 - Des élus appellent au maintien au second tour d'une liste de gauche en Paca. "La position de reddition en rase campagne dictée à Christophe Castaner n'est pas acceptable", lance le maire socialiste de La Seyne-sur-Mer (Var), Marc Vuillemot, dans un appel à déposer une liste fusionnant les "listes de gauche et de l'écologie du premier tour". Cet appel est signé par des élus locaux. "L'argument d'une pseudo-responsabilité de favoriser l'élection du FN ne tient pas" car "sauf miracle, aucune chance que la Région échappe au FN, au vu du score qu'il a réalisé ce dimanche", écrit-il. Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a ordonné le retrait de la liste socialiste pour faire barrage à l'élection de Marion Maréchal Le Pen en paca.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:09:57 PM

    © AFP/DENIS CHARLET
    Marine Le Pen lors d'une conférence de presse à Lille

    Le point région par région
    16:04 - - Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine: le FN Florian Philippot (36% au 1er tour) peut espérer la victoire le 13 septembre grâce à une triangulaire. Le socialiste Jean-Pierre Masseret se maintient contre la consigne de son parti.
    - Nord-Pas-de-Calais-Picardie: Marine Le Pen affrontera en duel Xavier Bertrand (droite), qu'elle a largement devancé au premier tour (40,64% contre 24,96%). La droite espère rallier les voix de la gauche, après le retrait du socialiste Pierre de Saintignon (18,12%) et l'élimination des écologistes et des communistes qui ont appelé à "faire obstacle" au FN.
    - Provence-Alpes-Côte d'Azur: Marion Maréchal-Le Pen (40%) afrrontera Christian Estrosi (droite, 26,48%), après la retrait de la liste socialiste.
    - Bourgogne-Franche Comté: le FN peut bénéficier du maintien de ses deux adversaires pour emporter la mise.
    - Midi/Languedoc: le PS espère conserver la région grâce à une forte réserve de voix à gauche, malgré un retard de sept points sur le candidat d''extrême droite, Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen, et le maintien de Dominique Reynié à droite.
    - Centre-Val de Loire: le PS s'est classé 3e au 1er tour (24,31%) derrière le FN (30,49%) et la droite (26%). Mais il pourrait garder la région s'il bénéficie d'un bon report de voix des écologistes et de l'extrême gauche. 
    - Pays de la Loire: triangulaire en vue, la droite en tête (33,5%), devant le PS (26%) et le FN (21%).
    - Normandie: région la plus indécise, avec la droite, le FN et les socialistes dans un mouchoir de poche au premier tour.
    - Ile-de-France: distancé par la droite (30,5%) au premier tour, le PS (25%) espère garder la région en rassemblant une gauche éparpillée aux réserves de voix plus fortes que prévu.
    - Rhône-Alpes-Auvergne: la droite est largement en tête mais a moins de réserves que les socialistes.
    - Bretagne: avec 34,92 % au premier tour, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a devancé son concurrent Marc Le Fur (LR) qui n'obtient que 23,46% et Gilles Pennelle (FN), qui avec seulement 18,17% ne progresse pas par rapport aux départementales. 
    - Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes: la tête de liste PS Alain Rousset, arrivé en tête au premier tour (30,4%), et celle d'EELV Françoise Coutant (5,6%), ont annoncé lundi la fusion de leurs listes, renforçant a priori les chances du président sortant d'Aquitaine de conserver la région au second tour.
    - Corse: la gauche est arrivée en tête dimanche, le président DVG sortant de l'exécutif, Paul Giacobbi, devançant de peu le maire nationaliste de Bastia, Gilles Simeoni.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:15:52 PM
    Auvergne-Rhône-Alpes: un élu FN appelle à voter Wauquiez (LR)
    16:10 - Le chef de file FN du conseil municipal de Clermont-Ferrand, Antoine Rechagneux appelle à voter implicitement en faveur de Laurent Wauquiez (Les Républicains) pour faire barrage à la gauche lors de la triangulaire du second tour des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes à laquelle participe le FN. "Dans ce scrutin régional, ce sont les socialo-communistes-écolos qui risquent d'emporter la mise alors qu'ils sont minoritaires. Nous devons dès à présent faire preuve d'intelligence et faire barrage aux socialistes", a indiqué le responsable FN sur la page Facebook du Rassemblement Bleu Marine de Clermont-Ferrand. "Laurent Wauquiez n'est pas un patriote mais c'est peut-être le seul qui avait clairement pris position pour le "+ni-ni+, a-t-il complété. Le "ni-ni" peut permettre de faire élire des candidats FN dans des triangulaires. 
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:28:42 PM
    Le FN, premier parti chez les jeunes
    16:16 - Un tiers exactement (33%) des voix des 18-24 ans se sont portées sur le FN, loin devant le PS (21%) talonné par la droite (20%), selon un sondage Harris Interactive. "Les catégories populaires et les jeunes sont les deux populations dont le vote est le plus favorable au FN, alors chez les jeunes issus des catégories populaires, c'est plein pot", explique à l'AFP Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique d'Harris Interactive.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:35:37 PM
    "Force de changement"
    16:29 - L'extrême droite incarne pour les jeunes une "force de changement" et pas un vote-sanction, explique Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique d'Harris Interactive. "33% des électeurs FN, tous âges confondus, disent exprimer leur mécontentement. Chez les jeunes, on tombe à 15%. Pour ces derniers, le FN apparaît comme une force de changement", explique cet expert, commentant un sondage Harris plaçant le FN en tête (33%) des votes chez les 16-24 ans, devant le PS (21%) et la droite (20%). "Même si les jeunes n'ont pas tendance à voter pour des jeunes parce qu'ils sont jeunes, ces électeurs ont été séduits par cette nouvelle génération, Marion Maréchal-Le Pen, Florian Philippot, Louis Aliot, parce que la manière dont ils font de la politique leur est plus accessible. Souvent les responsables politiques sont taxés de parler un langage inaccessible. Ils ont des codes, les mots, attitudes qui leur parlent plus. Là pour eux, c'est concret", explique cet expert à Marie Giffard.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:40:03 PM
    © AFP/Fanny Destombes
    Retrait du PS: un "véritable suicide collectif" pour Le Pen

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:42:09 PM
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:42:39 PM
    © AFP/Esther Delord, Benjamin Bouly Rames
    Les Républicains: "ni fusion, ni retrait" au second tour

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:45:11 PM
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:45:35 PM
    "Bougez-vous!"
    16:36 - "Bougez-vous!": le recteur de la grande mosquée de Lyon et celui de Villeurbanne interpellent les élus de la diversité, devant les taux d'abstention records dans la banlieue lyonnaise. "Que font nos élus de la diversité? A quoi servent-ils? Que font-ils? Comment réagissent-ils à cette catastrophe électorale? On ne les voit jamais ou presque", lancent, amers, Kamel Kabtane et Azzedine Gaci, dans un communiqué commun. "75% d’abstention à Vaulx-en-Velin, 69% à Givors, 68% à Vénissieux, 63% à Pierre-Bénite, 61% à Saint-Priest, 60% à Villeurbanne… pour ne citer que ces villes de la métropole de Lyon", regrettent les deux responsables musulmans. "Bougez-vous, allez à la rencontre des citoyens de confession musulmane à Lyon, Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Bron… pour leur expliquer pourquoi ces élections sont si importantes, pourquoi ils doivent y prendre part et pourquoi ils doivent voter", concluent-ils.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 3:46:04 PM
Alimenté par ScribbleLive Content Marketing Software Platform