Les élections régionales en direct

Les élections régionales en direct

    07:31 - EN DIRECT - La France se réveille sous "le choc" de la percée historique du Front national au premier tour des élections régionales. Le parti de Marine Le Pen arrive en tête dans six régions et surtout en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Paca. "Le choc" titrent à l'unisson Le Figaro et L'Humanité, deux quotidiens de bords opposés. Dans une France encore traumatisée par les attentats du 13 novembre et toujours marquée par un chômage de masse, le FN a capté environ 28% des suffrages, devançant la droite (27%) et le PS (23,5%). Appelant à un "barrage républicain", le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis annonce un retrait de ses listes en NPDC-Picardie et PACA. Loin de la vague "bleue" espérée à droite, l'alliance LR-UDI-MoDem ressort en tête dans seulement quatre régions (Pays de la Loire, Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Normandie de très peu). Les Républicains tiennent un bureau politique exceptionnel ce matin, qui pourrait être agité. Le spectaculaire sursaut de popularité de François Hollande au lendemain des attentats ne s'est pas traduit dans les urnes. Un électeur sur deux n'est pas allé voter.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 6:49:58 AM

    © AFP/BORIS HORVAT
    Des soutiens de la vice-présidente du FN et candidate aux régionales en Paca Marion Maréchal Le Pen fêtent les bons résultats de leur parti, le 6 décembre 2015, au Pontet, dans le Vaucluse

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 6:55:17 AM
    Le "choc"
    08:03 - Les éditorialistes de la presse française se demandent ce matin comment en est-on arrivé là. Le résultat du Front national, "historique, dépasse tous les pronostics", constate Michel Urvoy (Ouest-France). Dans Le Journal de la Haute-Marne, Christophe Bonnefoy résume bien l'humeur ambiante: "le Front national est tout simplement le premier parti de France". Pour Guillaume Goubert (La Croix), "le choc est brutal" et il faut réaliser, selon Jean-Claude Souléry de la Dépêche du Midi que "nous sommes atteints de lepénisme aigu". Dans le Courrier Picard, Mickael Tassart note que "le score du FN est glaçant mais mesure fidèlement la colère des électeurs". Pour Nicolas Beytout (L'Opinion), "cette situation nouvelle fracasse tous les codes des soirées électorales antérieures. Elle laisse les perdants, la gauche et la droite, sans stratégie. Et sans voix".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 7:13:01 AM
    Retrait PS: "pas respectueux", dit Philippot
    08:19 - Le retrait du PS pour le second tour en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA n'est "pas respectueux" des électeurs, juge Florian Philippot (FN), dénonçant "les petites tambouilles, les petites combines politiciennes d'appareils". "Il y a la libre expression du jeu démocratique, il y a des modes de scrutin, il est bien qu'il y ait une diversité d'opinions dans les assemblées locales et nationales dans notre pays", plaide le numéro deux du FN, arrivé largement en tête du premier tour en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 7:22:29 AM
    Retrait PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne
    08:22 - Le candidat du PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne Jean-Pierre Masseret (PS) "devra" se retirer pour faire barrage au FN même s'il ne le souhaite pas, assène le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. "C'est une décision du bureau national (du PS, ndlr). Il devra la respecter. Point."
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 7:26:30 AM
    Outre-mer
    08:13 - A La Réunion, le président de région sortant Didier Robert (LR, Union de la droite) arrive largement en tête du premier tour avec 40,36% des voix. Sa rivale Huguette Bello (union de la gauche) se place en 2e position avec 23,80% des suffrages exprimés, tandis que Thierry Robert (LPA - MoDem) est 3e avec 20,32%. En Guyane, où l'assemblée régionale voit fusionner les conseils régional et général, le président de région sortant Rodolphe Alexandre (DVG) sort largement en tête avec 42,35%. En Guadeloupe, certains observateurs pensaient que le faible taux de participation (47,21%) profiterait à Victorin Lurel, président PS de région sortant, au détriment de son challenger, Ary Chalus (DVG), mais il n'en a rien été. Les deux députés de la Guadeloupe s'affronteront lors d'un second tour très disputé. La droite arrive loin derrière. En Martinique, le président de région sortant Serge Letchimy (PPM-DVG) arrive largement en tête avec près de 39% des voix contre un peu plus de 30% des suffrages pour son concurrent direct Alfred Marie-Jeanne (MIM-REG).
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 7:39:31 AM
    Vote d'adhésion FN = "contresens", selon Boutin (Twitter)
    #Regionales vote d'adhésion au #FN est un contresens pour ceux qui défendent la dignité humaine ce n'est pas #Marion qui tient la ligne #FN — christine Boutinن (@christineboutin) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 7:45:46 AM

    © AFP/Sophie RAMIS, Paul DEFOSSEUX
    Elections régionales: graphique des résultats nationaux totalisés à 23h59

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 7:50:48 AM
    Masseret dit non
    08:52 - Le candidat du PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne Jean-Pierre Masseret réaffirme qu'il ne compte pas se retirer pour faire barrage au FN, malgré la demande en ce sens du patron du PS Jean-Christophe Cambadélis.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 8:00:02 AM
    "Bidouillage"
    08:59 - Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI qui prône le retrait des listes arrivées 3e à l'issue du 1er tour, estime que le PS devrait se retirer dans le Grand Est. "En Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine on est exactement dans la même situation (qu'en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA), le PS se trouve 20 points derrière M. (Florian) Philippot (FN), dix points derrière Philippe Richert (droite)", lance-t-il. "Il y a là un bidouillage qui m'interroge et j'espère qu'il sera réglé dans les 48 heures, sinon cela veut dire qu'ils ont fait le choix malgré les grandes déclarations de donner une région à l'extrême droite", a-t-il dit.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 8:08:18 AM
    PS: "emporter de nombreuses régions"
    09:08 - Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, estime que la gauche peut "emporter de nombreuses régions" au 2e tour. "Je pense que sur les trois régions qui avaient été annoncées comme pouvant être gardées, la Bretagne, la grande Aquitaine avec Poitou-Charentes et Limousin et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, on est en position de pouvoir conserver ces régions. Et puis il y a beaucoup d'autres régions où le total de la gauche et des écologistes" est supérieur à la droite, argumente-t-il. 
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 8:21:07 AM
    "La droite n'est pas prête"
    09:25 - L'ancien ministre Eric Woerth (LR) juge que "la droite n'était pas prête" et n'a "pas de leader officiel et légitime" après le 1er tour. Interrogé sur les résultats, il a expliqué qu'il s'agissait d'une "claque pour tout le monde surtout pour le gouvernement". Et d'ajouter: "La droite n'est pas prête, Les Républicains ne sont pas prêts, nous ne sommes pas en ordre de bataille nationale (...) notre projet n'est pas construit, il est en cours, la primaire n'a pas eu lieu, nous n'avons pas de leader officiel, légitime qui porte les couleurs officielles de l'ensemble du parti".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 8:38:22 AM

    © AFP/DENIS CHARLET
    La présidente du FN Marine Le Pen hier après les résultats du premier tour

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 8:38:39 AM
    Mariton: Sarkozy "pas crédible"
    09:38 - Nicolas Sarkozy "n'est pas crédible" et les résultats de la droite et du centre au premier tour sont son "échec", estime le député LR de la Drôme Hervé Mariton. "C'est l'échec de Nicolas Sarkozy car Nicolas Sarkozy, d'évidence, n'est pas crédible comme représentant d'alternance après avoir lui-même - les Français le lui avaient signifié - échoué avant 2012", assène M. Mariton sur Sud Radio et Public Sénat. Candidat à la primaire de la droite et du centre en vue de 2017, le député a cependant dit partager la ligne de M. Sarkozy contre tout retrait ou fusion dans les régions où la droite est distancée et le FN menace de l'emporter, tel Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 8:51:38 AM
    La presse allemande s'interroge (Twitter)
    Dans la presse allemande : "Ces Français sont-ils fous ?" #FN #Régionales https://t.co/BUIFIQ1Ob7 pic.twitter.com/zwtHAvi36Z — Courrier inter (@courrierinter) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 8:53:38 AM
    Raffarin: "Quand on est 3e, on se retire"
    09:53 - L'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin appelle au retrait des listes arrivées 3e à l'issue du premier tour pour faire barrage au FN, ce qui est le cas pour la droite dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. "Quand on est 3e, on se retire, on fait le front contre les déconstructeurs parce que c'est aujourd'hui qu'il faut reconstruire", a dit le sénateur de la Vienne sur France Inter. "La République est en train de s'effondrer et donc au lieu d'apporter des logiques politiciennes, il faut apporter des solutions de refondation. C'est pour ça qu'il faut des messages clairs", poursuit-il. "Quant on peut empêcher le Front national par son retrait, il faut empêcher le Front national", estime-t-il.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:05:10 AM
    "Les consignes je m'en fiche" (Twitter)
    Les consignes des états-majors nationaux pour les autres régions je m'en fiche. C'est ma Région qui compte. #NPDCP pic.twitter.com/IkN6oLD8XN — Xavier Bertrand (@xavierbertrand) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:06:56 AM
    "Ligne de fracture" (Dray)
    10:08 - Julien Dray, vice-président PS de la région Ile-de-France, estime qu'il y a "deux France" à la sociologie politique différente. "Regardez bien la carte de France, elle est importante. Elle montre une ligne de fracture totale entre deux France: toute une série de régions qui sont des régions frontalières, qui ont le sentiment d'être envahies, agressées, ringardisées", qui "vivent le monde réel comme une agression, un déclassement, une angoisse", analyse-t-il sur RMC et BFMTV. "Et il y a de l'autre côté une autre France, tout l'arc atlantique, toutes les grandes métropoles urbaines, qui vivent la modernité avec ses difficultés -elles ne disent pas que ça va bien-, mais plutôt une opportunité", développe-t-il. "Même en Ile-de-France, c'est très intéressant de voir comment Paris, la petite couronne, résistent fortement au Front national et comment la grande couronne vote pour le Front national", a relevé M. Dray.

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:09:12 AM
    Le FN diminue dans le 93 (Twitter)
    20,03% aux régionales contre 20,19% départementales, 54123 voix contre 54168 voix: le FN se consolide mais diminue légèrement dans le 93. — Guillaume Daudin (@GuillaumeDaudin) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:09:58 AM

    © AFP/Paul DEFOSSEUX, Sophie RAMIS
    Elections régionales: carte de France avec les estimations et résultats du 1er tour des trois premières listes arrivés en tête

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:10:30 AM

    © AFP/MATTHIEU ALEXANDRE
    Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadelis après les résultats du premier tour hier

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:12:02 AM
    La carte interactive AFP
    #Regionales2015 La carte interactive des résultats https://t.co/OXPM6mH4JX #AFP pic.twitter.com/G3hK3hBnSN — Agence France-Presse (@afpfr) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:13:32 AM
    Consignes: Bertrand "s'en fout"
    10:26 - Xavier Bertrand (LR), seul candidat face à Marine Le Pen au 2e tour en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, "se fout" de savoir s'il faut que les candidats de son parti arrivés en 3e position dans d'autres régions se maintiennent ou non. "(Je suis) candidat de la région, pour la région. Les consignes d'état-major, je m'en fous royalement", a déclaré aux journalistes M. Bertrand devant la préfecture du Nord. "Vous ne croyez pas que c'est la politique nationale qui nous a conduits à tout ça? Vous ne croyez pas que c'est les états-majors déconnectés de la réalité qui ont mis les gens dans cette panade et dans cette colère, ce sentiment d'abandon?", a repris le député de l'Aisne, se refusant à des concessions sur son projet pour tenter de séduire l'électorat de gauche. Commentant la décision des socialistes nordistes et picards de se retirer après le 1er tour, l'ex-ministre reconnaît que cette décision n'est "pas facile pour eux". "Je comprends l'amertume qu'il peut y avoir. Mais, je l'ai toujours dit, c'est aux électeurs qu'il faut parler."

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:35:22 AM

    © AFP/
    Les unes de la presse quotidienne régionale française

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:35:39 AM
    Pari (Twitter)
    Pour @jeanYvesCamus1, "on peut prendre le pari" que Paca et NPDCP seront remportées par le FN le 13 décembre. — Guillaume Daudin (@GuillaumeDaudin) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:43:38 AM
    Sarkozy au 20H00 de France 2
    #REGIONALES Nicolas Sarkozy sera ce soir l'invité du journal de 20 heures de France 2. https://t.co/0ww1jfbXfB — francetv info (@francetvinfo) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:56:25 AM

    © AFP/
    Marine Le Pen à la une de la presse internationale au lendemain du premier tour des régionales fra&nçaises

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 9:57:42 AM
    Cosse "sans état d'âme"
    10:56 - La secrétaire nationale d'EELV Emmanuelle Cosse annonce qu'elle appellera à voter pour les candidats LR, non "sans état d'âme", dans les régions où le PS a annoncé le retrait de ses listes pour faire barrage au FN. "Oui, on va appeler à voter (pour les) candidats Républicains", déclare-t-elle sur iTélé, alors qu'on lui demande si elle appellera à voter pour Christian Estrosi en Paca et pour Xavier Bertrand en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Interrogée sur la situation en Ile-de-France, elle indique qu'EELV travaille à une fusion avec la liste PS de Claude Bartolone. "Je pense que nous arriverons à un accord", a-t-elle dit. Interrogée sur les chances de la gauche de l'emporter au second tour dans cette région, elle a estimé que "c'est possible, mais c'est quand même très difficile".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:05:58 AM
    Estrosi "résistant"
    11:02 - Au lendemain d'un premier tour où il a obtenu 26,48%, loin derrière les 40,55% de Marion Maréchal-Le Pen (FN), Christian Estrosi (LR) se prépare à l'affronter au 2e tour, seul en lice après le retrait des socialistes en Paca: "Je suis à Vitrolles en résistant, c'est dans la Résistance que la France l'a emporté". Pour s'exprimer, M. Estrosi a choisi Vitrolles, ville de la banlieue marseillaise gérée par l'extrême droite à la fin des années 1990 et qui "a gardé de lourdes cicatrices de la gestion du Front national", affirme-t-il, évoquant "discrimination dans la culture, déclin économique".

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:08:02 AM
    "Cohabitation difficile"
    11:01 - Jean-René Lecerf, président LR du conseil département du Nord, craint "une cohabitation extrêmement difficile" entre son département et la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie en cas de victoire de Marine Le Pen. Interrogé sur France 3, il rappelle qu'il a lui-même été élu en mars "dans le cadre d'un front républicain qui a permis d'éviter qu'il y ait un seul élu FN au conseil départemental du Nord".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:10:31 AM
    FN: 6 018 672 voix (Twitter)
    Le FN totalise donc 6 018 672 voix au premier tour, record absolu hors présidentielle (MLP à 6,4 en 2012) — Yves-Marie Cann (@yvesmariecann) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:17:47 AM

    © AFP/BORIS HORVAT
    Marion Maréchal Le Pen fait un discours au Pontet après l'annonce des réultats du premier tour le 6 décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:24:13 AM
    Masseret parle à 12H30
    11:18 - Le candidat du PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne Jean-Pierre Masseret, qui a indiqué qu'il ne se retirerait pas pour faire barrage au FN malgré la consigne en ce sens du patron du PS, devait se réunir à 10H30 avec toutes les têtes de liste PS de la région - une réunion prévue de longue date. Un point de presse est ensuite prévu à 12H30 à son QG de Maizières-lès-Metz. Plusieurs ténors socialistes du Grand Est se sont jusque là désolidarisés de M. Masseret: c'est le cas du président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle Mathieu Klein et des maires socialistes de Strasbourg, Roland Ries, et de Metz, Dominique Gros.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:26:45 AM
    Pays de la Loire: discussions à gauche (Twitter)
    Discussions constructives avec nos amis écolos @FBonneau2015 @37fbonneau2015 pic.twitter.com/jekJ9SsZzF — Jean-Patrick Gille (@jp_gille) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:30:54 AM
    Xavier Bertrand dépose sa liste (Twitter)
    Je viens de déposer la liste en Préfecture : même liste et même projet au premier et au second tour. #AuTravail #NPDCP — Xavier Bertrand (@xavierbertrand) 7 Décembre 2015

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:41:18 AM
    "Suicide collectif"
    11:38 - Marine Le Pen compare la décision du PS de se retirer au second tour partout où il est arrivé en 3e position à un "véritable suicide collectif". "Le PS, comme la secte du temple solaire, a décidé d'un véritable suicide collectif par l'intermédiaire du retrait de ses listes forcé", déclare-t-elle. "Les socialistes font preuve d'une belle désinvolture à l'égard de leurs électeurs qu'ils considèrent comme semble-t-il une sorte de troupeau de moutons que l'on envoie au sacrifice, puisque ces électeurs n'auront aucun représentant pendant six ans", ajoute la présidente du FN, dont la liste est arrivée largement en tête au premier tour en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (40,64%). "C'est leurs choix, je crois qu'ils auront de longues années pour le regretter. Car ce retrait peut être le début de la disparition pure et simple du Parti socialiste."
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:46:12 AM

    © AFP/
    Montage des unes de quotidiens nationaux lundi

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:46:45 AM
    Maintien ou pas ?
    11:31 - Un maintien de la liste PS conduite par Jean-Pierre Masseret favoriserait le FN, arrivé en tête du premier tour, affirme le candidat LR en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, Philippe Richert. "Je laisse Jean-Pierre Masseret et le Parti socialiste décider, sachant que s'ils ne se retirent pas, évidemment, ils favorisent le FN", dit-il dans un entretien à France Bleu Alsace.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:47:00 AM
    Les Républicains quasi-unanimes
    11:46 - Les dirigeants Les Républicains quasi-unanimes se prononcent pour le "ni fusion, ni retrait" au second tour lors d'un bureau politique à Paris. Seuls Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Pierre Raffarin ne sont pas sur cette ligne, indiquent plusieurs d'entre eux à l'AFP. "On ne change pas de stratégie au milieu du gué", a notamment affirmé François Fillon. "La fusion ou le retrait n'est pas à la mesure de la gravité de la situation politique. C'est lutter contre la mer qui monte avec des sacs de sable. On serre les dents et on fait campagne sans états d'âme, on reporte après le second tour les examens de conscience".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 10:54:03 AM

    © AFP/S. Ramis/P. Defosseux
    Résultats du 1er tour, carte de la nouvelle région, principaux candidats, résultats de 2010 (1er et 2e tour), conseils sortants

    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:08:07 AM
    Pas d'étiquette PS pour Masseret
    12:07 - Jean-Pierre Masseret, tête de liste PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, qui menace de se maintenir au 2e tour malgré le risque FN, ne pourra pas avoir "l'étiquette socialiste", prévient Corinne Narassiguin, porte-parole du PS. Selon elle, M. Masseret "est dans une logique d'être dans un bras de fer avec la direction du Parti pour obliger le Bureau national (l'instance dirigeante du PS) à revenir sur sa décision". Il "dit qu'il veut rester mais il faut que tous les candidats soient d'accord avec lui pour déposer la liste" avant la date limite demain à 18H00, fait-elle remarquer. Mais le premier secrétaire du PS "a été très clair: le Bureau national a pris une décision unanime, c'est une question de principe, c'est un message que l'on veut envoyer nationalement à toute la France, à tous les électeurs de gauche" et "il n'y aura pas de discussion nouvelle sur cette question", souligne Mme Narassiguin. Selon elle, des discussions ont eu lieu toute la nuit et se poursuivent ce matin entre la rue de Solférino, le siège du PS, et différents responsables de la région du Grand Est.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:14:36 AM
    Le Pen: fin de la coopération internationale
    12:08 - Marine Le Pen entend supprimer "toute la coopération internationale" de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie, si elle en devient la présidente. "Je pense que ce n'est pas du tout le rôle de la région que de payer des moustiquaires aux détenus au Sénégal dans le cadre de la lutte contre le paludisme", déclare-t-elle sur la radio RMC. "Dans notre région où les maladies graves et le cancer notamment font des ravages, les enfants autistes, on est obligés de les envoyer en Belgique parce qu'on n'a pas de structures pour les accueillir", ajoute-t-elle. "Je vais supprimer toute la coopération internationale (...) parce que chaque euro dépensé devra être un euro utile pour la région et les habitants". 
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:17:39 AM
    "Patriotisme économique"
    12:11 - Marine Le Pen réaffirme son souhait de "mettre en oeuvre le patriotisme économique", si elle accède à la présidence de la région. "Nous allons faire en sorte que l'argent public dépensé dans le cadre des marchés publics de la région bénéficie aux entreprises locales pour développer l'emploi local. Nous allons écarter les entreprises qui font appel à des travailleurs détachés". Les employeurs de travailleurs détachés - notamment dans le bâtiment - embauchent des ouvriers d'autres pays européens, souvent d'Europe de l'Est, en payant le salaire minimum français, mais les charges sociales du pays d'origine. Les entreprises embauchant des salariés français se plaignent que ces employeurs-là emportent des marchés en cassant les prix.
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:29:11 AM

    © AFP/DENIS CHARLET
    Marine Le Pen donne une conférence de presse à Lille

    "Sursaut civique"
    12:36 - Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, appelle à un "sursaut civique" lors du second tour, estimant qu'il fallait "rejeter en bloc celles et ceux qui montent les uns contre les autres, qui prônent l'isolement et l'exclusion". "J'appelle à un sursaut civique le 13 décembre, à une plus grande mobilisation qu'au premier tour, pour faire vivre la démocratie (...) et veiller à la cohésion nationale, en ces temps particulièrement troublés que vit la Nation", écrit dans une déclaration à l'AFP le chef religieux de la première communauté juive d'Europe (un demi-million de membres, croyants ou non). Le Conseil représentatif des institutions juives de France réaffirme pour sa part son appel à "voter massivement dimanche prochain pour faire barrage au Front national, parti xénophobe et populiste". La présidente du FN Marine Le Pen s'en est prise aujourd'hui sur RTL au Crif et à SOS Racisme notamment, "structures qui sont toujours du côté du manche" et sont selon elle "hyper subventionnées", les qualifiant d'"instruments du pouvoir" qu'on ressort "à chaque élection".
    par AFP par le biais de EN DIRECT - Régionales: après la percée historique du FN, les tractations commencent 12/7/2015 11:39:17 AM
Alimenté par ScribbleLive Content Marketing Software Platform